LE cinquième MAJLIS PHILOSOPHIQUE AURA LIEU LE 17 mai 2014 DE 11H À 13H À L’INSTITUT FRANÇAIS DU QATAR.

  Déclaration

RÉSERVER VOTRE PLACE:

par email: info@institutfrancais-qatar.com

au téléphone: 44 93 08 62

Depuis décembre 2010, le monde arabe a été secoué par une série de mouvements révolutionnaires. Aux grands espoirs de l’année 2011 sur une démocratisation rapide de la région ont succédé l’insécurité, la victoire des forces contre-révolutionnaires et parfois même la guerre civile comme en Syrie, à tel point qu’on a pu parler d’un « hiver arabe » ayant succédé au « printemps arabe ». Peut-on pour autant parler d’échec des révolutions arabes ? Si oui, à quoi ressemblerait a contrario une révolution réussie ? A quoi la reconnaîtrait-on ?

Dans ce dernier majlis philosophique de la saison, nous chercherons à prendre du recul par rapport à l’actualité en replaçant le thème de la révolution dans la temporalité longue. Nous insisterons sur la polysémie du terme et son évolution depuis l’Antiquité. S’il y a des révolutions démocratiques, il peut y avoir aussi des révolutions communistes, conservatrices, religieuses ou encore des contre-révolutions. Toute révolution passe-t-elle nécessairement par des formes de violence paroxystique ? Quel rapport les révolutions entretiennent-elles avec l’imaginaire utopique ? Une révolution n’est-elle pas toujours vouée à un échec (relatif) dans la mesure où elle cherche non seulement à changer un régime politique, renverser une tyrannie, restaurer certaines libertés mais aussi à changer la nature humaine ? Si François Furet a pu parler à propos du communisme du « passé d’une illusion, » quel est « l’avenir de l’utopie », de l’utopie révolutionnaire dans notre monde désenchanté ?

 

Pour préparer cette rencontre, je vous invite à regarder:

un débat entre Michel Foucault et Noam Chomsky

et un entretien avec Slavoj Zizek 

puis à lire quelques textes

Textes de base

Textes supplémentaires