6 films aidés par l’Institut français ont été primés au Festival de Cannes 2015. Retour sur ce palmarès qui met en valeur l’action de l’Institut français en faveur de la diversité cinématographique mondiale.
 
Parmi les films primés au Festival de Cannes le 24 mai 2015, 5 avaient reçu un soutien de l’Aide aux Cinémas du Monde en 2012 ou 2013. Un 6e film, en cours de développement, avait été sélectionné pour La Fabrique des Cinémas du Monde 2012.
 

Créé en 2012, l‘Aide aux Cinémas du Monde est un dispositif de soutien essentiel à la coproduction avec la France et la diversité cinématographique mondiale, cogéré par l’Institut français et le CNC. Il estouvert à toutes les nationalités et ouverte aux longs métrages de fiction, d’animation ou de documentaire de création.
 
Programme professionnel développé avec le soutien de l’Organisation internationale de la francophonie,la Fabrique des Cinémas du Monde vise àfavoriser l’émergencesur le marché internationalde la jeune création des pays du Sud.La session 2015 était parrainée par Claire Denis.


 
 

PRIX DU JURY (SÉLECTION OFFICIELLE / COMPÉTITION)

  • Le Homard (The Lobster), de Yorgos Lanthimos (Grèce) – France / Irlande / Royaume-Uni / Grèce / Pays-Bas (Aide aux Cinémas du Monde 2013)
 
Dans un futur proche… Toute personne célibataire est arrêtée, transférée à l’hôtel. Elle a 45 jours pour trouver l’âme sœur. Passé ce délai, elle sera transformée en l’animal de son choix. Pour échapper à ce destin, un homme s’enfuit et rejoint dans les bois un groupe de résistants : les Solitaires.
 
 

PRIX UN CERTAIN TALENT (SÉLECTION OFFICIELLE / UN CERTAIN REGARD)

  • Le Trésor, de Corneliu Porumboiu (Roumanie) – France / Roumanie (Aide aux Cinémas du Monde 2012)
 
Costi, comptable âgé de 33 ans, passe son temps entre son travail et des soirées tranquilles en famille, pendant lesquelles il lit des contes à son fils de 5 ans. Des fois, Costi s’imagine lui-même dans le rôle des héros. Un soir, lorsqu’il est en train de lire Robin des Bois, il est interrompu par son voisin Adrian. Celui-ci demande à Costi de lui prêter de l’argent…
 
 

PRIX DE LA MISE EN SCÈNE (SÉLECTION OFFICIELLE / UN CERTAIN REGARD)

  • Vers l’autre rive, de Kiyoshi Kurosawa (Japon) – France / Japon (Aide aux Cinémas du Monde 2013)
 
Trois ans après son décès, Yûsuke réapparaît soudain. Il annonce à sa femme qu’il est déjà mort. Mizuki entame avec son défunt mari un voyage entre cette vie et celle de l’au-delà. Cette étrange renaissance plaît à Mizuki mais elle doit comprendre qu’aider son mari à passer définitivement sur l’autre rive sera la dernière étape du voyage.
 
 

PRIX EUROPA CINEMA (LA QUINZAINE DES RÉALISATEURS)

  • Mustang, de Deniz Gamze Ergüven (Turquie) – France / Allemagne / Turquie (Aide aux Cinémas du Monde 2013)
Dans un village reculé de Turquie, cinq sœurs, la puberté venue ou approchant, sont peu à peu séquestrées par leur famille et leur maison transformée en prison. On ne les rendra au monde qu’au fil de mariages arrangés…
 
 

GRAND PRIX NESPRESSO ET PRIX FIPRESCI (LA SEMAINE DE LA CRITIQUE)

  • Paulina (La patota), de Santiago Mitre (Argentine) France / Argentine (Aide aux Cinémas du Monde 2013)
La productrice du film, Augustina Llambi Campbell, participait également à La Fabrique des Cinémas du Monde 2015.
 
Paulina, 28 ans, décide de renoncer à une brillante carrière d’avocate pour se consacrer à l’enseignement dans une région défavorisée d’Argentine. Confrontée à un environnement hostile, elle s’accroche pourtant à sa mission pédagogique, seule garante à ses yeux d’un réel engagement politique, quitte à y sacrifier son petit ami et la confiance de son père, juge puissant de la région. Peu de temps après son arrivée, elle est violemment agressée par une bande de jeunes et découvre que certains d’entre eux sont ses élèves. En dépit de l’ampleur du traumatisme et de l’incompréhension de son entourage, Paulina va tâcher de rester fidèle à son idéal social.
 
 

PRIX ARTE INTERNATIONAL

Prix d’aide au développement pour des projets de longs métrages
 
Lianqing et Guo qui se rencontrent alors qu’ils passent clandestinement en Thaïlande. Lianqing trouve un travail dans un restaurant tandis que Guo travaille dans une usine de textiles en banlieue. Lorsque Lianqing obtient sa carte d’identité, leur amour est irrévocablement voué à l’échec.
 

Photo : remise du Grand Prix Nespresso à Paulina, de l’Argentin Santiago Mitre, le 24 mai 2015